Sur les routes de l’assurance et de la banque

L’humour dans la publicité bancassurance – L’humour chez les autres 2

Petit tour du monde des procédés humoristiques utilisés à l’étranger en communication banque & assurance.

Après s’être arrêtés sur quelques marques qui utilisent le registre de la parodie pour nous faire rire, nous poursuivons notre route pour visiter ceux qui utilisent les scénarios catastrophe (facile quand on est assureur !). Avec quelques exemples aux procédés narratifs très différents.

Commençons par un O.V.N.I du secteur de l’assurance qui nous vient des Pays-Bas :

De Amersfoortse : quand une marque pousse le scénario catastrophe jusqu’à l’absurde

Le moins que l’on puisse dire c’est que cette publicité soit explosive. Pas d’inquiétude pour John, tout va bien nous nous en sommes assurés (preuve à la fin de l’article).

Avec ces scénettes surréalistes voire carrément absurdes, la marque utilise les codes des grands films hollywoodiens avec une touche d’exagération dans l’acting qui dénote dans le paysage publicitaire sectoriel.

Habitué au style de la marque peu extravagant, nous avons été surpris de voir le virage qu’elle a emprunté en 2013, à priori avec succès comme la marque a depuis fait de John son égérie en restant sur le ton de l’humour. Nous aurons l’occasion d’y revenir.

 

Bangkok Insurance « Twister » utilise à l’inverse une mise en scène très réaliste… ou presque

L’assureur fait partie des leaders du marché en Thaïlande. Contrairement à son homologue hollandais, la marque utilise des codes très réalistes pour nous donner l’impression que cette scène est réellement arrivée : caméra qui film de façon amateur, réaction spontanée des thaïlandais…

Ce spot fait partie d’une campagne où l’on retrouve à la fin de chaque scène l’accroche « probabilité de 0,0000001% » que la situation arrive. Elle nous rappelle ainsi qu’il est important d’être bien assuré.

Dans une interview, l’agence Creative Juice à l’origine de cette campagne nous explique que leur plus gros challenge était de relever la faible notoriété de la marque. Bangkok Insurance n’avait pas communiqué en télé depuis un long moment. « De temps en temps ils avaient une communication print mais qui avait très peu d’impact sur la population thaïlandaise ». Un coup de pub à priori gagnant puisque la notoriété a rapidement augmentée après la diffusion de cette campagne.

Difficile toutefois de se prononcer sur le contenu et la stratégie de marque. Cette campagne n’étant pas tout jeune et la communication actuelle de cette marque n’utilise pas (du tout) le même territoire d’expression.

 

OHRA  « Astronauts » détourne une référence historique pour éviter… une catastrophe ?

Pour conclure cet article, un spot publicitaire de 2004 de la bancassurance OHRA qui vient à nouveau des Pays-Bas.

Une belle réalisation pour mettre en avant la rapidité des réponses des services OHRA.

L’entreprise utilise ici une référence historique de la conquête spatiale en utilisant la phrase culte de l’astronaute Jack Swigert « Houston, on a un problème » et met en scène deux points de vues : celui des astronautes et celui de la base de commandement… Le problème de vessie de ce monsieur est pris très au sérieux, malheureusement pour lui le cela ne sera pas géré dans les temps.

 

 « Assez parlé, qu’est devenu John ? »

(On ne parle malheureusement pas hollandais mais il semble qu’il nous parle ici de complémentaire santé)

 

N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de cet article en commentaire !

 

Sur le thème de l’humour dans la communication banque et assurance

Pourquoi on ne peut pas rire de tout avec n’importe qui en France, et surtout pas d’argent quand on est banquier ?

Avant, on pouvait rire de tout ?

Le rire, consommé en France avec modération

L’humour chez les autres 1°

 

Laisser un commentaire